Edito de la semaine -2017/5

Chers marathoniens de l’image, chers champions du pixel sauteur,

Je ne peux résister à l’envie de vous raconter une histoire, vraie.

Il y a un peu plus de 25 ans, la presse photo faisait au moins une fois par an un sujet sur un photographe de sport et son agence. On y voyait des images incroyablement dynamiques avec des couleurs saturées comme la Fujichrome savait en restituer. L’agence s’appelait Vandystadt, nom de son patron et photographe Star prénommé Gérard.

Et moi à cette époque-là, je rêvais d’être photographe de sport. Je commençais tout juste la photo. J’avais un boîtier, un 35mm et un 135mm. C’était léger pour jouer dans la cour des grands, pour tout simplement m’approcher de ce que Vandystadt nous donnait à voir.

Mais bon, je suis du genre déterminé, alors j’avais trouvé une agence qui m’aidait pour mes accréditations, et un certain Claude Sudre qui gérait la presse à Bercy m’avait à la bonne : il me laissait rentrer pour chaque événement.

Ecouter son idole, même si ça fait mal

Lors du jumping de Paris, je me retrouve juste à côté de mon idole, le grand Gérard. J’en tremble encore. Je shoote, je rentre, je développe et tire mes images dans ma cuisine, en noir et blanc sur des 9x13cm. Et le lendemain, je cours après Vandystadt pour les lui montrer, en imaginant qu’immédiatement il me prendra dans son agence tellement mon talent sera visible dans mes pauvres tirages.

Le gars est sympa, bienveillant, regarde mes images dans la salle de presse et me dit « ah, tu fais du polaroid ! », et là tout mon monde s’écroule. Devant mon désarroi, il me dit qu’on montre au moins des 13×18, que le noir et blanc n’est pas adapté pour le sport, et que mes cadrages ne sont pas assez serrés. L’espace d’un instant, je me dis que je vais tout arrêter, tout jeter dans la Seine en sortant de Bercy. Et pourtant, près de 30 ans plus tard, je suis toujours là, et je vous propose une nouvelle missions cette semaine : « Objectif Sports ».  Oui, il faut s’accrocher, et entendre ce que les grands peuvent nous dire quand nous les croisons. Donc avec cette mission, c’est à vous de nous faire rêver avec des images de sueur, d’émotions, de mouvements… et libre à vous de nous montrer même du polaroïd, tout sera accepté tant que vous nous faites rêver.

Deux nouveaux classements

Cette semaine, nous publions deux classements.

J’entends souvent des avis d’anciens participants qui me disent combien le niveau monte, et le jury partage cet avis, et nous en sommes tous très contents. Bravos à tous les nouveaux qui nous surprennent, et aux anciens qui s’accrochent.

Du nouveau sur le site

Dans un tchat avec un participant, j’ai pris conscience qu’il était impossible de modifier votre photo de profil sur le site. C’est corrigé, cette fonction est à nouveau disponible. Allez dans votre profil et vous verrez le lien de téléchargement et de recadrage pour la publication.

Notez aussi que la page classements est devenue compatible avec une visualisation sur téléphone mobile. C’est nouveau et confortable pour que vous puissiez suivre toute l’actualité du classement par points.

Récapitulons, Prévert pour la poésie, Actualités et Reportages pour le présent, Objectif Sports pour la dynamique, Portfolio pour nous surprendre, Bulles et Gouttes pour le champagne, et les parcours comme toujours… bref il y a de quoi faire.

Alors ne faiblissez pas, nous attendons vos séries.

A la semaine prochaine.

 

Jean-Philippe Riant

Sportif en Chef du Championnat de France de Photo

 

SF16

Finale du Championnat de France Cadets de rugby

 

Gab à l'attaque BD

Ski d’enfant retouché à haute vitesse

 

Gym-8687-800

De l’intérêt du bon angle de prise de vue