03-06 – Edito de la semaine

JP_DSC_0656

Chers réflecteurs de la réalité, chers acharnés du kaléidoscope en 9 images,

Nous publions le premier classement mensuel du Championnat. Félicitations aux premiers finalistes.

Cette fin de semaine, la mission Mode et Beauté se termine et Visages et Regards commence. Dont acte.

Oui, nous voulons voir des yeux car c’est dans les relations humaines mises en images que se passent très souvent le plus des choses.

Aussi, j’en profite pour vous faire part d’une réflexion qui me vient en regardant toutes les contributions. Je vous propose que nous parlions de la distance. Mais quelle distance ?

Je vais faire le vieux, mais quand j’ai commencé la photo… il y a 25 ans… les zooms n’existaient pratiquement pas ou,pour faire simple, étaient de très mauvaise qualité. Nous utilisions alors des focales fixes, de bien meilleure qualité. On pouvait facilement avoir 4 ou 5 objectifs dans son sac en fonction des besoins et avec l’habitude, nous savions exactement ce que nous aurions dans le cadre. Selon la scène, l’intention, nous choisissions le caillou, et nous bougions vers l’endroit le plus adapté au résultat que nous espérions. Vous l’avez bien lu, nous bougions. Et puis les zooms sont arrivés…

 Un style paparazzi qui se prête au sujet. Donc longue focale.

Un style paparazzi qui se prête au sujet. Donc longue focale.

Tout comme le téléspectateur qui s’est sédentarisé avec l’apparition de la télécommande, le photographe a moins usé ses semelles quand il a pu composer sa scène à distance en tournant une bague sur son objectif.

Je vous propose donc un exercice original : mettez un bout de scotch pour bloquer une focale de votre zoom, et n’en bougez pas tout au long de votre sortie photo. Vous allez rentrer dans une autre relation avec la scène et l’espace, vous allez trouver le juste point de vue et nous emmener avec vous à l’intérieur de la scène.

Je vous propose donc quelques pistes de réflexion : Quelle vitesse dois-je choisir en fonction du déplacement de mon sujet ou du flou volontaire que je veux générer ? – Quel diaphragme choisir en fonction du niveau de flou que je veux obtenir sur l’arrière-plan ? – Quelle focale sera la plus adaptée pour être au bon endroit, avec la bonne perspective ?

Pour vivre l'action et en rendre compte, il faut être au cœur, ici avec un sac en plastique sur le boîtier et l'objectif, je vous l'accorde.

Pour vivre l’action et en rendre compte, il faut être au cœur, ici avec un sac en plastique sur le boîtier et l’objectif, je vous l’accorde.

Un portrait de près ne raconte pas la même chose qu’un portrait de loin, ce dernier nous mettant en situation de « voyeur » (pour faire simple).

Et enfin, rappelons-nous de cette phrase de Robert Capa : « Si ta photo n’est pas assez bonne, c’est que tu n’étais pas assez près »

Alors pour les parcours, les missions, le plaisir et la créativité, remettons la maîtrise de l’espace au cœur de la question photographique. Trouvez le bon endroit et la bonne distance, et partagez ce que vous ressentez avec vos images.

Allez, un rouleau de scotch, plus de zoom (ça marche aussi pour les téléphones portables) et trouvez le point qui deviendra le centre de l’univers que vous ferez tourner pour nous.

A la semaine prochaine.

Jean-Philippe Riant
Dont la focale préférée est le 35mm…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

A propos de l'auteur